Où en est-on au Burkina Faso ?

Classé dans : Actus | 0

Notre dernier séjour date d’Octobre 2016. Dans le quartier Secteur10 de la ville de Ouahigouya, 300 enfants reçoivent chaque jour un bol de riz avec de la spiruline à l’école du lundi au vendredi.

Nous nous sommes rendus à l’école pendant notre séjour, comme chaque année, et nous nous sommes rendus dans chaque classe pour faire un coucou aux enseignants et aux enfants. Les classes sont nombreuses avec plus de 40 enfants par classe et l’école a peu de moyens, mais dans l’ensemble les classes respirent la discipline et la joie de vivre.

Nous avons eu droit à une chanson de la part des élèves dans chaque classe visitée. C’est devenu un rituel au fur et à mesure des années. Ils s’entraînent à ces chansons pendant des semaines de façon à pouvoir nous les chanter en choeur à notre venue, et c’est bien sûr un honneur pour nous !

A la pause de midi, les enfants sortent des classes en courant pour aller chercher leur bol de riz avec de la spiruline. Ensuite, comme à chaque fois que nous venons et que nous commençons à prendre des photos du moment repas, les enfants viennent à nous pour qu’on les prenne en photo, et veulent bien entendu voir à quoi ils ressemblent (un appareil photo, c’est loin d’être commun pour ces enfants là). Avec 300 enfants, ça prend à chaque fois un peu de temps 😉

 

La ferme de spiruline fonctionne toujours bien. Des récoltes sont faites tous les jours par Saidou, Syreh et Awah. Sur les photos vous pourrez voir Saidou récolter :  la spiruline est soigneusement filtrée, ensuite la pâte de spiruline obtenue est préssée, et enfin, on réalise des spaghettis qu’on sèche dans un four solaire avant d’en faire des paillettes prêtes à la consommation.

L’un des problèmes que nous rencontrons ces dernières années est qu’il fait extremement chaud durant la période allant de mars à juin. Il fait quotidiennement plus de 40 degrés et la puissance du soleil est telle que la spiruline pousse moins bien.

Nous essayons de pallier à ce problème en couvrant partiellement les bassins de tissus de façon à créer de l’ombre (voir photo). On remarque une petite amélioration mais cette technique ne suffit pas.

Ensuite, en juillet commence la saison des pluies, il tombe alors entre juillet et septembre tellement de pluie que nos bassins débordent régulèrement, et nous perdons alors une partie de la spiruline contenue dans les bassins. Deux mois sont ensuite nécessaires pour retrouver une concentration suffisante dans les bassins et pouvoir récolter de la spiruline à nouveau.

Afin de pouvoir traverser la saison des pluies et la saison chaude avec moins de déboires, nous envisageons de couvrir entièrement les bassins grâce à la construction d’une structure autour des bassins. Il s’agirait d’un auvent qu’il faudra aussi pouvoir dé-couvrir pour l’entre deux saisons. Lorsque nous y retournerons à l’automne 2017, nous allons réfléchir à ce projet avec Saidou et prendre contact avec des artisans locaux pour estimer le coût de ce projet.